De l’amour de soi à l’amour du vivant

Comment accompagner les individus, les collectifs et les territoires dans un lien plus sensible au vivant ?

Rencontres entre acteurs professionnels de l’écologie et de l’accompagnement psycho-corporel individuel et collectif.

19-20 octobre 2024 au château de l’Archipel à Allex (Drôme)

L’Archipel à Allex, lieu des rencontres

La Transition « extérieure » écologique et sociale est inextricablement liée à la Transition Intérieure : il s’agit d’une transition intégrative, sensible et systémique qui concerne autant l’individu que les collectifs. Cette transition intérieure a jusqu’à présent été une étape négligée des démarches de préservation du vivant. Elle est pourtant essentielle car les processus de transformation et de guérison personnelles et collectives agissent afin de retrouver du sens et des comportements alignés avec le soin du Vivant. Cette approche invite à mettre de la connexion plutôt que de l’opposition. Qu’est ce que l’approche sensible du vivant ? C’est une démarche qui consiste à passer par les sens et inviter une exploration intérieure dans la relation au monde. Pourquoi en avons-nous besoin ? Tout le monde a une forme de sensibilité pour la préservation du vivant mais pas forcément un comportement qui va dans ce sens. Nous avons bien souvent des dissonances dans nos comportements individuels et collectifs : prendre la voiture, manger de la viande, construire des routes, des barrages, ont un impact indirect et pourtant majeur sur le vivant. Plus nous pouvons avancer dans notre pratique de transformation personnelle, plus nous sommes amenés à prendre conscience de nos interdépendances. Et la dissonance entre nos actes quotidiens et nos prises de conscience peut devenir majeure. Comment explorer cette relation entre l’amour de soi et l’amour du vivant ?

La crise écologique actuelle est un rappel fort pour nous pousser à nous transformer, à chercher à l’intérieur une manière de retrouver un lien avec l’extérieur. L’enjeu de demain est de cohabiter avec les autres vivants en recherchant avec eux et non pas pour eux les solutions du vivre ensemble. Considérant les multiples interdépendances qui structurent la géo-biosphère et l’entrelacement des formes du vivant, il nous semble important d’explorer collectivement des manières sensibles et pratiques pour explorer ce lien en intégrant, autant que possible, les perceptions et les perspectives de toutes les entités vivantes. Les approches mixtes entre approche sensible, écologie, dynamiques territoriales et transformation intérieure sont une des grandes innovations excitantes de notre époque. 

C’est pourquoi nous proposons une rencontre le temps d’un week-end entre acteurs aussi bien de l’écologie que de la psychothérapie. Cette rencontre vise à mettre du lien entre toutes les approches qui réinventent une relation plus aimante envers soi et le monde, pour mettre à nu, intégrer, échanger et sublimer toutes nos dissonances. Comment nous relier entre professionnels pour accompagner les individus, les collectifs et les territoires afin de former des noyaux de diffusion ? Comment accompagner le vivre ensemble et la société vers un système symbiocénique ?

Ces deux jours se baseront sur des rencontres entre conférences, ateliers en nature, moments de partage, de réflexions autour de tables rondes, et des moments de plaisir, partages et exploration en musique.

Ces rencontres sont destinées aux professionnels de la thérapie, de l’écologie, des transformations sociales et individuelles, afin d’échanger nos outils, nos visions et nos pratiques, pour se nourrir et créer du lien.

Intervenants envisagés :

  • Eric Julien, auteur, géographe fondateur de Tchenduka, co-fondateur de l’E(P)NS, Ecole Pratique de la nature et des savoirs.
  • Luc Bigé, expert du monde symbolique. Dr. en sciences (biochimie), consultant et écrivain, il a fondé l’Université du Symbole. Il est l’auteur de nombreux ouvrages qui traitent de la nécessité de réenchanter la réalité, dont « L’Homme Réunifié ».
  • Miriam Gablier, passionnée de la question du corps conscient. Psychopraticienne et formatrice en psychocorporel, auteure de plusieurs ouvrages dont « Un corps extraordinaire », « Les mystères de la conscience », elle poursuit sa recherche tant personnelle, que clinique et théorique.
  • Jean-Pierre Goux, mathématicien, écrivain, conférencier et acteur engagé dans l’écologie, président des « Futurs souhaitables », auteur de « Siècle bleu ».
  • Thomas Le Guennic, sociologue de la transition, enseignant à l’INSA Lyon, enseignant de yoga
  • Lara Mang-Joubert, docteure en neurosciences, facilitatrice des processus de changement des changements vivants en transition écologique, thérapeute, formatrice à l’éco-résilience pour les professionnels.
  • Serge Mang-Joubert, auteur, ingénieur, sylvothérapeute, cofondateur du LICHEN.
  • Baptiste Morizot, auteur, maître de conférences à l’université d’Aix-Marseille. Ses recherches portent principalement sur les relations entre l’humain et le reste du vivant.
  • Caroline Mourot, somatothérapeute transpersonnelle et praticienne en Breathwork, animatrice de retraites sur le lien au vivant.
  • Cécile Petit, accompagnatrice en travail qui relie, chargée de mission écologie et santé.
  • Kim Pasch, trappeur, auteur et archéologue expérimental.
  • Sabine Rabourdin, socio-anthropologue, auteure de plusieurs ouvrages dont « Replanter les consciences », formatrice de yoga et méditation, accompagnatrice du changement en transition écologique.
  • Laetitia de Schoutheete : psychologue et psychothérapeute engagée dans l’accompagnement au trauma, notamment auprès de Médecins sans Frontières
  • Joeffrey Secco, musicien compositeur, coach, auteur. Créateur des concerts sous hypnose.
  • Johan Henry, psychologue Transpersonnel, auteur de “Psychologie Intégrale, de nouvelles clés pour être au monde
  • Auteur musique plantes xx
  • Xavier de Stoppani : coach et facilitateur en Respiration Holotropique,accompagnateur en danse libre
  • Dominique Lussan, présidente fondatrice de HARMONIC VISION, Centre de Recherche et Développement sur les États de la Conscience et la Création de Valeur Globale. Elle a développé 2 recherches fondatrices qui ont donné naissance aux concepts suivants : en 2003, « Conscience et Action » et en 2015, « les Sciences de l’Être appliquées à la vie».
  • Aude Depalle, voyageuse, exploratrice, tisseuse de lien dans une dimension chamanique
  • Séverine Millet, fondatrice de Nature Humaine, Experte dimension humaine dans les enjeux écologiques, climatiques et sociétaux.
  • Frederika Van Ingen : animée par la nécessité de réhabiliter la sagesse des peuples premiers et d’enrichir la réflexion sur notre rapport au vivant. Animatrice de stage, journaliste, auteure de plusieurs ouvrages dont « Sagesses d’ailleurs pour vivre aujourd’hui » ou « 101 façons de se reconnecter à la nature ».

Si nous voulons nous épanouir individuellement et collectivement en tant que société, il ne suffit pas de reconnaître l’interdépendance évidente du monde dans lequel nous vivons. Nous devons examiner ses implications et réfléchir aux conditions de notre propre bien-être. L’interdépendance est notre réalité, que nous l’acceptions ou non. Il est préférable de reconnaître l’interdépendance et de travailler avec elle, de tout cœur et sans résistance. C’est là que l’amour et la compassion entrent en jeu. C’est l’amour qui nous amène à embrasser notre lien avec les autres et à participer volontairement aux relations créées par notre interdépendance. L’amour peut faire fondre nos défenses et notre douloureux sentiment de séparation. La chaleur de l’amitié et de l’amour nous permet d’accepter facilement que notre bonheur est intimement lié à celui des autres [et de la planète]. Extrait de The Heart is Noble Changing the World from the Inside Out, par le Karmapa, Ogyen Trinley

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *